Réserver
en ligne
Recherche
Retour à la liste des spectacles

Amour, gloire et beauté

Un rendez-vous MP2018 Quel Amour !

La Pop Philosophie est de retour pour une nuit particulièrement passionnée !
Un moment de réflexion sur « Le prix de l’amour » avec Laurent de Sutter, philosophe, professeur de droit à la Vrije Universiteit, directeur de collection aux P.U.F. et président de l’association POP PHILO créée avec Jacques Serrano en 2013 à Bruxelles.

 Le prix de l'amour
"L'histoire occidentale de l'amour est l'histoire d'un sentiment qui bouleverse tout - et qui, en bouleversant tout, sauve la vie de sa nullité, de sa misère. L'amour, pour nous, est ce qui vaut à la vie d'être vécue, ce qui nous ramène à la beauté et à la grandeur que nous ignorons trop souvent, perdus que nous sommes dans des activités matérielles plus ou moins vaines. Mais est-ce vraiment le cas ? Peut-on considérer l'amour comme ce qui réactive le sens de la gratuité dans des existences par ailleurs vouées au calcul ? Ne faudrait-il pas plutôt nous rendre attentifs à ce que coûte une telle gratuité - au prix qu'il faut payer pour faire l'expérience véritable de l'amour ? Et s'il n'y avait pas d'amour gratuit ? S'il n'y avait d'amour que cher ?"

Laurent de Sutter est philosophe, professeur de droit à la Vrije Universiteit, directeur de collection aux P.U.F. et président de l’association POP PHILO créée avec Jacques Serrano en 2013 à Bruxelles

Puis en avant première de l’exposition qui se tiendra au Louvre-Lens, « Une histoire des manières d’aimer », l’historien de l’art et conservateur des Musées, Zeev Gourarier, commissaire de l’exposition, nous présentera les principales œuvres exposées à cette occasion et interviendra sur l’histoire de l’amour dans l’art ! 

Amour.
Une histoire des manières d’aimer
« L’histoire de l’amour commence mal. Les Grecs et les Hébreux sont au moins d’accord sur un point : la séduction des femmes, à commencer par le péché d’Eve et la boite de Pandore, a provoqué la perdition de l’humanité. A la stigmatisation de la première femme, l’Eglise apporte une réponse : si nous avons été chassés du paradis par la faute d’Eve, c’est également par une femme, Marie, qui conçut Jésus, que les portes du paradis nous sont à nouveau ouvertes dans l’Au-Delà. Mais cette réhabilitation a un prix qui pèse sur la relation amoureuse : le plaisir sexuel devient péché de chair et la meilleure voie pour le salut est celle qui passe par une abstinence totale. Comment la relation amoureuse a-t-elle réussi néanmoins à se frayer un chemin entre séductrices et vertueuses ? »

Zeev Gourarier est historien de l’art, conservateur général du patrimoine, directeur scientifique et des collections du Mucem.


En partenariat avec Les Rencontres Place Publique

 

Image : œuvre murale d'Alberto Ruce, photographie © Jacques Serrano