Réserver
en ligne
Recherche
Retour à la liste des spectacles

Jack London Navigateur

Une installation photographique dédiée à la passion que le célèbre écrivain entretint toute sa vie pour la navigation et les voiliers.

Vendredi 8 septembre : Entrée libre ! Venez nombreux !
11h Table Ronde

avec Marianne Pourtal Sourrieu et Michel Viotte co-commissaires de l’exposition Jack London dans les mers du Sud, Macha Makeïeff, Titouan Lamazou, artiste et navigateur, et Georges Pernoud, journaliste.
12h15 Vernissage de l’exposition

Dans le cadre de l’hommage brillant que la Ville de Marseille, en partenariat avec la Compagnie des Indes, rend à l’explorateur et écrivain, La Criée présente une installation photographique des différents bateaux sur lesquels Jack London a navigué, des océans Pacifique et Atlantique aux mers du Sud, de Chine et de Béring.

Des tirages photographiques en grand format permettent de découvrir les différents types de bateaux à bord desquels il vécut ses plus fameuses aventures : barques des «pirates» de la baie de San Francisco, radeaux des chercheurs d’or du grand nord canadien et jonques et sampans des pêcheurs des côtés de Corée, mais aussi la Sofia Sutherland, goélette trois-mâts sur laquelle London participa à une campagne de chasse aux phoques dans la mer de Béring, et le Dirigo, cap-hornier de quatre mâts avec lequel il longea les côtes américaines d’un océan à l’autre. L’exposition présente également ses voiliers de plaisance, le Spray et le Roamer, qui lui permirent de sillonner les eaux de sa Californie natale, et bien sûr le légendaire Snark, qu’il avait fait construire pour une grande croisière autour du monde et à bord duquel il explora les archipels du Pacifique Sud entre 1907 et 1909.

Autour de la grande exposition inédite au Centre de la Vieille Charité : « Jack London dans les Mers du Sud » du 8 septembre 2017 au 7 janvier 2018.

Retrouvez tous les événements sur jacklondonaventure.com

« Une fois qu’on est marin, on le reste pour toujours.  
La saveur de l’air salin ne se dissipe jamais ».
Jack London