Réserver
en ligne
Recherche
Retour à la liste des spectacles

Splendid's

  • De Jean Genet
  • Metteur en scène Arthur Nauzyciel

1948 : Genet renie et déchire le manuscrit de cette pièce aux accents autobiographiques sur l’univers des gangsters, à travers laquelle il renonçait à sa vie de voyou… Exhumé en 1993, après sa disparition, ce texte est une véritable danse de mort sensuelle et spectrale, un huis clos à l’issue fatale. Arthur Nauzyciel en livre une version qui a l’éclat d’un diamant brut et sombre, unanimement saluée par la critique.

Un lieu « voisin de la mort où toutes les libertés sont possibles », ainsi Jean Genet imaginait son théâtre. Arthur Nauzyciel fait résonner avec force les mots éblouissants de « l’irrécupérable » poète, celui qui mettait au centre de son oeuvre « le vol, la trahison et l’homosexualité ». Ici les gangsters fantasmés, magnifiés, archétypes des compagnons de prison de l’auteur, toujours entre réel et illusion, jour et nuit, vérité et mensonge, douceur et violence, trahison et travestissement, sont les héros de cette « danse de mort sensuelle » qui fascine et interroge. La parole subversive du poète, traduite ici en anglais, circule entre scène et salle, pour battre l’ordre habituel des choses, pour aller hors du quotidien. 

Le film Un chant d'amour de Jean Genet (1950, 24 mn) sera projeté en ouverture du spectacle.
Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes.

Spectacle en anglais surtitré

« Ils s’appellent Riton, Pierrot, Bob ou Rafale, leurs répliques ont l’éclat de pierres précieuses. La langue de Genet charrie des diamants dans ce drame où chacun semble rêver l’autre, où l’on fait revenir les défunts, où les rôles s’échangent, s’inversent, où les héros s’engueulent, se désirent, se déguisent et se trahissent dans un miroitement infini, une valse ricanante de masques au bord de la mort brillamment interprétée par des acteurs de haute volée. » - Hugues Le Tanneur, Libération

« Arthur Nauzyciel retravaille ici avec les remarquables comédiens américains avec lesquels il avait créé son mémorable Julius Caesar, en 2008. (…) Il peaufine son travail sur la langue, l’espace et les corps, qui en fait un des meilleurs metteurs en scène français d’aujourd’hui. »Fabienne Darge, Le Monde

« C’est cette écriture radicale qu’Arthur Nauzyciel magnifie en un chant profond d’amour, de solitude et de mort. (...) Il s’est entouré, à une exception près, d’une distribution exclusivement américaine au jeu d’une précision et d’une puissance stupéfiante. » - Didier Méreuze, La Croix

« Arthur Nauzyciel réalise le rêve de Jean Genet : monter Splendid’s en anglais, une pièce nourrie des codes du polar hollywoodien. Avec Jeanne Moreau en guest-star. » - Patrick Sourd, Les Inrockuptibles 

 

Avec Jared Craig, Xavier Gallais, Ismail Ibn Conner, Rudy Mungaray, Daniel Pettrow, Timothy Sekk, Neil Patrick Stewart ou David Barlow, James Waterston ou Michael Laurence et la voix de Jeanne Moreau

Traduction anglaise Neil Bartlett Décor Riccardo Hernandez Lumière Scott Zielinski Collaboration artistique et travail chorégraphique Damien Jalet Costumes et tatouages José Lévy assisté de Fabien Ghernati Son Xavier Jacquot Assistant décor James Brandily Participation au casting Judy Bowman, CSA (USA) Régie générale Jean-Marc Hennaut

 

Revue de presse
Écoutez "Attractions criminelles", une émission spéciale sur la Web Radio Zibeline, imaginée en partenariat avec le TNM La Criée. En compagnie de Macha Makeieff, Elias Sanbar, Arthur Nauzyciel et Sylvain Coher.
Écoutez l'émission Turn The Light On sur Radio Grenouille