Réserver
en ligne
Recherche
Retour à la liste des spectacles

Traviata, vous méritez un avenir
meilleur

  • Mise en scène Benjamin Lazar
  • D’après La Traviata de Giuseppe Verdi

Dans un arrangement pour orchestre ambulant et une mise en scène qui rend ce drame lyrique au théâtre, la longue agonie amoureuse de l'héroïne de Verdi retrouve une saveur inattendue : une façon d'exorciser le fantôme d'un mythe qui continuerait à nous hanter ?

L’histoire de Marie Duplessis, courtisane morte de tuberculose en 1847, a inspiré à Dumas-fils un de ses romans fameux, puis à Verdi l’un de ses plus grands opéras. Entre fait divers et mythe, Judith Chemla, Florent Hubert et Benjamin Lazar ont voulu remettre en scène la partition célèbre en insistant sur «l’entêtant parfum de réalité» de cette histoire. Ils ont placé chanteurs et instrumentistes sur scène, pris le parti du jeu, celui de la fête, et cerné de gazes l’espace fantômatique de la scène. Cette Traviata n’est rien moins qu’évaporée ou maladive : elle est une héroïne de la frénésie de vivre et d’aimer qui contemple, fascinée, l’abîme de sa propre destruction. En français et italien, parlé et chanté.

Création septembre 2016 au Théâtre des Bouffes du Nord

En partenariat avec Marseille Concerts

DANS LA PRESSE

« Elle est miraculeuse. Elle est la musique. Elle ne joue pas, elle n'interprète pas, elle n'incarne pas. Elle est au-delà, elle est la musique, elle est le chant, elle est Violetta. Pâle visage, souple silhouette, regard fiévreux, Judith Chemla bouleverse et impose sa lumineuse présence au coeur de cette très particulière Traviata, d'après Giuseppe Verdi. »
Le Figaro

« Ce à quoi nous avons assisté […] est de pure grâce, un moment magique, rare, où théâtre et musique – et humanité – empruntent le couloir ascendant d’un souffle unique. »
« Sans doute l’un des spectacles les plus aboutis présentés ces dernières années au Théâtre des Bouffes du Nord »
« L’espace de deux heures, Benjamin Lazar a fait de nous non plus des spectateurs jouisseurs et compassionnels mais bel et bien des amoureux blessés au point d’en mourir »
Le Monde

« Jamais Traviata n'aura trouvé interprète si proche de la très élégante et sensible courtisane Marie Duplessis, qui l'inspira. Jamais n'aura été incarnée avec grâce si diaphane et mutine à la fois, alanguie et sexy, enfantine et éternelle, cette "dame aux camélias". »
« Musiciens et acteurs-chanteurs se mêlent sur le plateau dans un délicieux et savant brassage de musique, de chants et de paroles. […] Jusqu’à l’essence même, Florent Hubert a réduit avec une infinie délicatesse la luxuriante musique de Verdi. »
Télérama

« Traviata, à couper le souffle »
« Ecouter Chemla […] virevolter entre texte et parole donne une impression rare de ce que peut être la liberté sur une scène. »
« E strano, certes. E gioia assurément. »
Libération

« Tout le génie populaire de Verdi éclate au long de ces deux heures de pur bonheur, sa capacité à nous toucher au plus profond, avec simplicité. »
« Pas d’artifice, pas de vidéo […] : juste quelques accessoires, de la fumée, des tulles, et des vases en verre qui envahissent la scène, propageant leur verdure et leurs fleurs pâles et rouges annonciatrices de la mort, jusqu’à la scène finale, végétale, d’une beauté à pleurer. Un enchantement. »
Le Canard enchaîné

« Et, soudain, la sidération et l'enchantement. Voix magnifique, aérienne, habitée. […] Le plaisir d’entendre la comédienne est décuplé par l’intelligence de ce spectacle. »
L’Express

« Recevoir ces airs sublimes d’aussi près bouleverse le public. Difficile de retenir ses larmes […]. »
France Info

« Judith Chemla […] joue et chante comme si c’était la dernière fois de sa vie. Et de la nôtre on en jurerait, tant l’on peinera à se remettre de cette bourrasque d’émotions. »
Radio Classique

« Benjamin Lazar crée ici une oeuvre magistrale, la plus empreinte d’émotion que j’aie jamais vue tant il
sait nous la rendre terriblement proche, vivante et humaine, cette femme dévoyée incarnée par une Judith Chemla en état de grâce. »
Reg'arts

Avec Florent Baffi, Damien Bigourdan, Jérôme Billy, Renaud Charles, Elise Chauvin, Judith Chemla, Axelle Ciofolo, Myrtille Hetzel, Bruno Le Bris, Gabriel Levasseur, Sébastien Llado, Benjamin Locher, Marie Salvat

Conception Benjamin Lazar, Florent Hubert, et Judith Chemla Arrangements et direction musicale Florent Hubert et Paul Escobar Chef de chant Alphonse Cemin Scénographie Adeline Caron Costumes Julia Brochier Lumières Maël Iger Maquillages et coiffures Mathilde Benmoussa Assistante à la mise en scène Juliette Séjourné Assistants à la scénographie Nicolas Brias et Fanny Commaret

Production C.I.C.T. - Théâtre des Bouffes du Nord
Coproduction
Théâtre de Caen ; Espace Jean Legendre / Compiègne ; Le Parvis - scène nationale de Tarbes-Pyrénées ; le Théâtre - Scène nationale Mâcon-Val de Saône ; Tandem Arras-Douai ; Théâtre Forum Meyrin / Genève ; Le Moulin du Roc - Scène Nationale de Niort
Action financée par la Région Ile-de-France
Avec l'aide d'Arcadi Île-de-France