Réserver
en ligne
Recherche

Soutenez le théâtre ! Réservez vos places en ligne ! Abonnez-vous !

Fermer

Quatre spectacles ethnographiques
Conférences imagées conçues par Macha Makeïeff
À partir des carnets de terrain de l’ethnologue Philippe Geslin

Avec Philippe Geslin

Globetrotter sensible et curieux, Philippe Geslin rapporte, de ses terrains lointains, des carnets de notes, des photos, témoins éloquents de ses observations et rencontres. Le récit de l’ethnologue entre en résonance avec l’univers visuel et sonore de Macha Makeïeff et invite, depuis 2014, à des traversées pleines d’images et d’empathie, chez les Inuit, les Soussou, les Massaï et les Hadza, aujourd’hui. Un voyage d'une heure...

Les trois premiers volets des Âmes offensées ont été invités en mars 2017 et en juin 2018 au musée du quai Branly - Jacques Chirac dans le cadre du festival «L'Ethnologie va vous surprendre».

#4 Les Hadza (Création mars 2021)
Cueilleurs d'eau

Dans la Vallée du Rift, cachés dans les collines, des campements discrets abritent les Hadza. Ce sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Tanzanie. Un monde au cœur du berceau de notre humanité. S’y pencher, étudier les vestiges que nous offrent ces terres ancestrales, y observer ces femmes et ces hommes qui les peuplent encore. Avoir la tentation de remonter le temps, aller à rebours. Explorer leurs croyances, les premières migrations en quête de désirs, de nourriture et d’échanges. Imaginer enfin les premières sociétés, leurs balbutiements, leurs liens à la nature, aux animaux, aux plantes, aux esprits qui la peuplent. Rêver, mais rêver ne veut pas dire oublier la réalité.

#3 Les guerriers Massaï
Avant le départ des gazelles…

«  Ici, en Tanzanie, entre le Rift et le Kilimandjaro, au cœur de la savane vivent les Massai. Peuple mille fois décrit, qualifié. Peuple de guerriers. Peuple d’éleveurs. Peuple nomade. Hommes libres. On touche du doigt un mythe. L’impression de « rencontrer l’Afrique ». Le sentiment de renouer le fil avec les origines. Celles d’une humanité rêvée. Rideau. »Philippe Geslin

Voix Aïssa Mallouk, Philippe Geslin, Macha Makeïeff Création Vidéo & iconographie Philippe Geslin, Guillaume Cassar, Alain Dalmasso Assistante Artistique Margot Clavières Création Lumières & Régie générale Sylvio Charlemagne Création son Jean-Claude Leita, Julien Sonnet Régie Plateau Patrice Ynesta Régie Son & Vidéo Julien Sonnet Façonnage écran Gerriets Structure Ferronnerie du Var.

Remerciements à Jérémie Lenoir pour ses vidéos « Foniké », Binelde Hyrcan pour l’image de son œuvre  «13 hours», au Museum d’histoire naturelle de la ville de Marseille pour le prêt du porc-épic, et aux Salins de Giraud pour le sel.

#2 Les Soussous de Guinée
Le crayon de Dieu n’a pas de gomme

Aux paroles de l’ethnologue se joignent peu à peu les mots que N’Fassory, son hôte, a consignés sur deux cahiers d’écolier pour témoigner lui aussi de l’identité de son peuple. Le quotidien des Soussou se révèle, mettant en lumière un peuple aux savoirs d’une grande technicité, basés sur « l’amitié respectueuse » entre l’homme et la terre. Loin des pratiques destructrices dont on les accuse...

#1 Les derniers chasseurs Inuit
Peau d’ours sur ciel d’avril

« Ceux du grand pouce » : ainsi se nomment les derniers chasseurs Inuit du Groenland qui vivent encore au rythme des saisons, de la mer, des tempêtes et du froid extrême. Ni naïf, ni alarmiste, le récit de Philippe Geslin ouvre une brèche dans les clichés, tend des ponts entre présent et passé.

 

Dans la presse

Les Âmes Offensées est le passionnant résultat d’un partage de pratiques différentes et de réflexions sur l’état du monde. En acceptant de jouer sur scène son propre rôle de scientifique sous la direction de [Macha Makeïeff], l’ethnologue se fait héros d’un théâtre documentaire dont la dimension subjective est la plus grande force.
Anaïs Heluin, La Terrasse, décembre 2017

 Philippe se demande comment restituer la science. Moi, comment raconter l’exploration, la rencontre et cette mélancolie commune aux ethnologues et aux artistes. S’il y a un message dans nos spectacles, le voici : sous les coups de la globalisation, Inuit, Soussou ou Massaï manifestent une grande capacité de résistance et semblent nous dire : “Ça fait des millénaires qu’on est là. N’imaginez pas pouvoir nous retirer notre identité.” Au théâtre, c’est pareil. A la fin de la représentation, tout le plateau est dévasté et les personnages sont morts… Mais tout le monde se relève et, le lendemain, tout recommence. Il y a, dans l’humanité, une capacité de résistance ; et le théâtre n’y est pas pour rien.
Macha Makeïeff pour Télérama, mars 2017. Propos recueillis par François Ekchajzer

+++

Production La Criée, Théâtre national de Marseille