Réserver
en ligne
Recherche

Soutenez le théâtre ! Réservez vos places en ligne ! Abonnez-vous !

Fermer
Retour à la liste des spectacles

Alexandre Kantorow

  • Brahms (1833-1897)
Un récital de haute virtuosité et de grande émotion autour de Brahms

Voilà ce que nous propose le pianiste Alexandre Kantorow avec les 4 Ballades Opus 10, la sonate n°3 en Fa mineur Opus 5 et la Chaconne de la partita n°2 en Ré mineur de Bach pour la main gauche.

À 22 ans, Alexandre Kantorow est le premier pianiste français à remporter la médaille d'or ainsi que le Grand Prix du prestigieux Concours Tchaïkovski. 

En 2019, il reçoit le Prix de la Critique « Révélation Musicale de l’année ».
En 2020, il remporte deux Victoires de la Musique Classique : enregistrement de l’année (Saint-Saëns concertos n°3, 4 et 5) et soliste instrumental de l’année.

C'est du très grand piano que nous allons entendre !


PROGRAMME

Vendredi 2 octobre - durée 1h30
Johannes Brahms
- Les 4 Ballades Opus 10
- La sonate n°3 en Fa mineur Opus 5
Jean-Sébastien Bach
- La Chaconne de la partita n°2 en Ré mineur pour la main gauche.

Samedi 3 octobre - durée 1h00
Johannes Brahms
- Les 4 Ballades Opus 10
- La sonate n°3 en Fa mineur Opus 5

En partenariat avec Marseille Concerts

 

« C’est une victoire historique, et pour tout dire un exploit, que réalise le pianiste Alexandre Kantorow, 22 ans, premier Français à avoir remporté, jeudi 27 juin, le Premier Grand Prix du
prestigieux Concours Tchaïkovski de Moscou, dont la 16e édition se tenait du 17 au 29 juin 2019. Le dernier concours, qui est quadriennal, remontait à 2015 : un Français déjà, arrivé à la
quatrième place, Lucas Debargue (25 ans), s’était distingué en obtenant le prix de la très influente Association de la critique musicale de Moscou.
Kantorow a triomphé lors de la finale avec un doublé particulièrement audacieux, le Deuxième Concerto pour piano de Tchaïkovski et le Deuxième concerto pour piano de Brahms, l’un de ses compositeurs préférés, avec l’Orchestre symphonique de Russie Evgeny Svetlanov, dirigé par Vasily Petrenko. »
Marie-Aude Roux, dans Le Monde 29 juin 2019