Réserver
en ligne
Recherche

ABONNEZ VOUS EN LIGNE PLACES À 1€ POUR LES ÉTUDIANT.E.S I OFFRE DE NOËL !

Fermer
Retour à la liste des spectacles

Suite n°4

  • Encyclopédie de la parole Joris Lacoste, Pierre-Yves Macé, Sébastien Roux, Ensemble Ictus

En croisant acoustique et électrique, en convoquant des associations de timbres insolites, la perception est exacerbée et les émotions littéralement inouïes !

Propagations LogoEn s’attachant aux infimes modulations de la parole humaine, Suite n°4 célèbre le vivant et l’éphémère : une manière de faire retentir “l’inflexion des voix chères qui se sont tues". Au cœur de ce théâtre de fantômes, les voix, enregistrées un jour quelque part, sont soutenues et emportées par les instruments, comme dans un opéra.

Pour le dernier spectacle de la série des Suites, l’Encyclopédie de la parole a choisi de faire entendre directement le matériau qui constitue sa collection sonore et sert à écrire ses spectacles : les enregistrements de parole.

Ce ne sont donc ici plus des acteur·trice·s qui redonnent corps à des voix disparues, mais les personnages eux-mêmes qui reviennent du passé pour nous parler avec leurs voix propres, leurs mélodies originales, leurs timbres inimitables, leurs souffles particuliers.

Suite n°4 — Aujourd’hui tous les enfants sont morts (FR) from Echelle 1:1 on Vimeo.

Sonorisées par Sébastien Roux, les paroles entrent et sortent de scène, transportant avec elles des espaces, des images, des situations, des frictions, des blocs de tension ou d’émotion, des événements majeurs ou minuscules — mille détails vivants que l’enregistrement a gravés et qui se rejouent une nouvelle fois pour nous.

Comme dans un opéra, les voix sont soutenues, emportées, transportées par la musique instrumentale : interprétée par 7 membres de l’ensemble Ictus, la partition de Pierre-Yves Macé déplace l’écoute et révèle des accents enfouis. En croisant l’acoustique et l’électrique, en convoquant des associations de timbres insolites, elle exacerbe la perception et suscite des émotions littéralement inouïes.

Une sorte de théâtre de fantômes, donc, mais avec des spectres bien vivants, en couleur, — qui parlent, chuchotent, crient, apostrophent, rient, dialoguent, comptent, racontent, expliquent, prêchent et consolent, ragent et encouragent, désirent et regrettent, prient et remercient, dansent et souffrent et jouissent et vivent et ne veulent pas mourir.

En s’attachant aux infimes et infinies modulations de la parole humaine, Suite n°4 est une célébration du plus vivant et du plus fugitif : une manière de faire retentir, une dernière fois, “l’inflexion des voix chères qui se sont tues”.

En partenariat avec le GMEM— Centre national de création musicale

Avec les musiciens Hugo Abraham, Tom De Cock, Chryssi Dimitriou, Luca Piovesan, Jean-Luc Plouvier, Eva Reiter, Primož Sukič

Conception Encyclopédie de la parole & Ensemble Ictus Composition dramaturgique et mise en scène Joris Lacoste Composition musicale instrumentale Pierre-Yves Macé Composition musicale électroacoustique Sébastien Roux Son Stéphane Leclercq et Alexandre Fostier Lumière et scénographie Florian Leduc Création graphique et vidéo Oscar Lozano Pérez

Production Echelle 1:1 (compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Île-de-France et par le Conseil régional d’île-de-France et par l'Institut français de Paris pour ses tournées à l'étranger), en partenariat avec Ictus (ensemble soutenu par la Commission Européenne, la Communauté Flamande - Vlaamse Overheid et Vlaamse Gemeenschapscommissie), avec la fondation d'entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings Coproduction Festival d’Automne à Paris, MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Théâtre National de Strasbourg, Wiener Festwochen, KunstenFestivalDesArts, Ensemble Ictus, Teatro Municipal do Porto, Le Quartz - Scène Nationale de Brest, Festival Musica, Kaaitheater Avec la participation du DICRÉAM Pièce accueillie en résidence aux Subs, Lyon, Saison 2019-20, à la MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis et au Théâtre National de Strasbourg